Retrouver son enthousiasme au travail en cultivant la résilience

Retrouver son enthousiasme au travail en cultivant la résilience

Retrouver son enthousiasme au travail en cultivant la résilience

Nous cherchons des façons d’augmenter notre énergie et notre bien-être dans le cadre professionnel, en prévenant l’épuisement. Pour que les dimanches soir ne rime pas avec désespoir, et pour parvenir à infuser un peu de régénération dans chaque journée stressante!

Vous arrive-t-il aussi de vous demander où est passée votre énergie, votre motivation, dans le cadre de votre emploi? D’arriver sur votre lieu de travail, le matin, déjà découragé en apercevant la liste de tâches qui vous y attend? De vous surprendre à n’écouter que d’une oreille une réunion qui devrait vous passionner, ou de ne pas parvenir à déconnecter durant le weekend ou le soir?

Pas de panique: c’est entièrement NORMAL! (Nous ne sommes qu’humains, après tout). Et c’est précisément ce que nous rappelle Alexia Michiels, associée au sein de The Resilience Institute Europe et auteure du livre «L’Elan de la Résilience» (Ed. Favre, 2017).

De sa voix enjouée et motivante, elle nous explique comment retrouver motivation et bien-être au travail, et nous donne plusieurs clés pratiques pour rebondir face aux défis professionnels de tous les jours, maintenir notre énergie, trouver le temps de se régénérer et augmenter notre concentration.

Ainsi qu’elle le souligne, la fameuse expression «work-life balance» (l’équilibre entre le travail et la vraie vie) ne nous a pas aidés: car le travail et la vie ne sont pas deux choses distinctes (cela reviendrait à «mourir un peu chaque lundi matin, pour revivre le vendredi soir». Et ce serait beaucoup trop dommage!).

Si vous avez déjà eu la boule au ventre le dimanche soir, à l’idée de recommencer une nouvelle semaine, ce podcast est pour vous.

Je vous souhaite une très belle écoute!

Femina

 Voir l’article

La résilience, nouvel art de vivre

La résilience, nouvel art de vivre

Stress, contrariétés, surmenage. Pour faire face aux cahots du quotidien sans s’affaisser, la capacité de rebondir est une ressourceà cultiver. Petites stratégies pour vivre mieux.

On connaissait la «grande résilience», terme révélé par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik : cette capacité de rebond que développe parfois l’être humain après un traumatisme. Mais on découvre aujourd’hui la «petite» résilience, celle du quotidien, qui consiste à mieux traverser les écueils de chaque jour. «Les compétences qui permettent de se relever d’un drame sont les mêmes que celles qui permettent de savourer la journée avec ses joies et ses adversités. Pas besoin d’attendre une catastrophe pour mettre en place ces stratégies qui nous aident à vivre plus sereinement», explique Alexia Michiels, consultante et co-fondatrice du Resilience Institute Europe en Suisse. Ainsi donc, on pourrait entraîner son cerveau et son corps à mieux rebondir. Apprendre, par le biais de quelques exercices, à vivre en instaurant de nouvelles habitudes positives.

Des exemples ? Ils affluent dans l’accessible ouvrage d’Alexia Michiels, L’élan de résilience, qui donne cent clés pratiques pour naviguer à travers les défis du quotidien.

Etes-vous résilient ?

Etes-vous résilient ?

La résilience est la capacité, individuelle ou collective, de rebondir face à l’adversité. Elle est aussi essentielle dans les entreprises.

La résilience, voilà bien un concept à multiples facettes impliquant des facteurs physiques, émotionnels, cognitifs et spirituels. “C’est un ensemble de compétences qui permettent de cultiver l’énergie, gérer le stress, être connecté positivement à soi-même et aux autres, trouver du sens,…”, explique Alexia Michiels, associée du Resilience Institute Europe.

Présent aussi en Belgique, cet institut propose, via un outil en ligne, de réaliser pour un individu ou une équipe un rapport sur la résilience, basé sur une série de questions liées à la santé, la façon de réagir, ses angoisses, son empathie, sa concentration, son alignement des valeurs,… Celui-ci présente notamment un ratio de résilience qui montre le rapport entre les forces (les actifs qui sont : “esprit en mouvement” “entraîner son mental”, “engager ses émotions”, “stimuler sa vitalité” et “maîtriser son stress”) et les défis (les passifs : “confusion”, “désengagement”, “retrait”, “vulnérabilité”, “détresse” et “dépression”).