Les 10 vraies raisons derrière la méditation en entreprise

Les 10 vraies raisons derrière la méditation en entreprise

Publication originale le 5 septembre 2019 dans Huffington Post.

Les bienfaits de la méditation en entreprise ne sont plus à prouver et les entreprises l’ont bien compris.

MÉDITATION – La vie professionnelle dans la plupart des entreprises est devenue trépidante. Le rythme est extrêmement soutenu et le stress devient un “mode de vie”. Les collaborateurs et les managers rencontrent des difficultés croissantes à maintenir leur attention, leur résilience et à favoriser une ambiance de collaboration constructive leur permettant de conduire le changement harmonieusement.

[…]

Les résultats provenant de la recherche neuroscientifique montrent que de nouvelles voies émergent pour réduire le stress, renforcer la résilience, la satisfaction au travail et la collaboration. Un aspect central de ces approches est la formation aux pratiques de la “mindfulness” ou pleine conscience, une méthode qui a déjà fait ses preuves dans les secteurs de la prévention du burn-out.

Plus de 3000 études de recherche ont mis en évidence les impacts qu’apporte une pratique régulière de 10 minutes de mindfulness au quotidien.

Une réduction significative du stress et un renforcement de la résilience

Quand nous méditons, nous synchronisons corps et esprit et, ce faisant, nous activons le système nerveux parasympathique qui diffuse dans notre corps toutes les hormones de la détente. En quelques minutes, nous pouvons réduire nettement le niveau d’hormones du stress dans notre organisme.

Nous nous entraînons également à lâcher prise des pensées qui détournent notre attention de la respiration, et apprenons ainsi progressivement à reconnaître et à lâcher prise de nos ruminations, ces soucis en boucle qui nous prennent littéralement la tête et amplifient notre stress.

Une attention et une concentration renforcées

Lorsque nous pratiquons la méditation, nous entraînons notre esprit à rester attentif à la respiration. Quand nous constatons qu’un train de pensées a perturbé notre attention et l’a détournée de la respiration, nous reconnaissons cette distraction, lâchons prise et reposons notre attention sur le souffle: nous cultivons ainsi le muscle du contrôle exécutif, celui qui choisit l’objet de notre attention.

De la même façon, quand nous travaillons de façon concentrée sur la rédaction d’un projet, la lecture d’une note, une conversation, une réunion, et que nous sommes interrompus par une sollicitation quelconque, nous pouvons activer le réseau neuronal du contrôle exécutif de l’attention, reconnaître la distraction et choisir consciemment l’objet de notre focus.

Une amélioration de la capacité à rester calme et lucide dans les moments de crise

Nos émotions se manifestent dans notre corps, et pas simplement dans notre cerveau. Les sensations corporelles sont donc la clé pour faire l’expérience consciente de nos émotions. La pleine conscience du corps que nous cultivons par une pratique régulière de mindfulness nous permet tout d’abord de remarquer et reconnaître nos émotions lorsqu’elles surgissent, puis d’apprendre à demeurer avec elles et de les laisser être, pour enfin décoder leur message et les traiter objectivement.

Une meilleure acceptation des situations de travail et une augmentation de la satisfaction dans la vie professionnelle

Grâce à la mindfulness, nous cultivons notre capacité à être attentif à l’instant présent. Nous sommes moins soucieux, plus détendus, plus conscients de nos perceptions sensorielles et donc beaucoup plus à même d’apprécier les plaisirs simples de la vie: un bon repas, une tasse de thé, un rayon de soleil, le sourire d’un collègue, un projet qui avance dans le bon sens, une réunion créative.

Tout ce que nous pourrions rater si nous étions embarqués ailleurs dans nos activités mentales, nous en prenons conscience et l’apprécions. Et grâce au processus de neuroplasticité, plus nous sommes conscients de ces petits instants de plaisir, plus nous cultivons et renforçons notre aptitude au bien-être.

Une baisse de la charge de travail perçue 

Nous avons tous trop de travail. Pour cette raison, il nous arrive très souvent de penser à tout ce qu’il nous reste à faire. Alors même que nous sommes occupés à faire quelque chose, notre esprit est déjà sur le “coup d’après”, ce qui nous déconcentre et augmente notre stress.

En nous entraînant à revenir sur l’instant présent, la pratique de la méditation nous permet de réduire la perception de la charge de travail et de pouvoir réellement nous concentrer et apprécier ce que nous sommes en train de faire.

Une créativité accrue

Difficile d’être créatif lorsque notre esprit est agité, stressé et rempli de pensées ou émotions parasites. Pour que de nouvelles idées puissent surgir des profondeurs de notre conscience, il est essentiel d’avoir l’esprit calme et clair. En nous entraînant à lâcher prise des pensées discursives et de l’agitation mentale, la méditation nous permet progressivement de retrouver la clarté et le calme naturel de l’esprit propices à l’intuition et à la créativité.

Une amélioration significative des relations d’équipe

Le risque de ne plus être connecté à notre intelligence sociale est aujourd’hui d’autant plus fort que nos journées de travail sont extrêmement fragmentées par d’innombrables interruptions, limitant ainsi notre capacité à engager des conversations en profondeur, que la communication se digitalise de façon croissante, réduisant les signaux corporels, les opportunités de questions, d’échange et de résonance et enfin qu’un niveau de stress élevé coupe l’accès à notre empathie et à notre bienveillance.

Grâce à la pleine conscience, nous pouvons apprendre à mieux nous accorder aux autres afin d’être plus conscients de leurs émotions et des nôtres. Une pratique très concrète consiste à renforcer notre empathie au travers de conversations en pleine conscience, particulièrement adaptées si vous ressentez le besoin d’écouter ou de parler avec un collaborateur en cas de conflit, de décision difficile à prendre ou de changement important.

Une augmentation de l’engagement des collaborateurs

De nombreux changements échouent. Ils n’échouent pas parce qu’ils ne sont pas nécessaires ni parce qu’ils ont été mal analysés. Ils échouent parce qu’ils provoquent une résistance sociale et émotionnelle. Intégrée dans la façon dont nous communiquons, la pleine conscience permet de nous relier à ces résistances émotionnelles, de les intégrer dans notre prise de décision, de renforcer l’intelligence collective et de faire émerger des entreprises plus agiles.

Une capacité de prise de décision clarifiée et un leadership plus authentique

L’authenticité est regardée de façon croissante comme l’un des attributs essentiels d’un leader, surtout dans notre monde actuel stressant et incertain. Un leadership authentique requiert du courage, de la vitalité, de la stabilité émotionnelle, de la sagesse ainsi qu’un sens personnel de la responsabilité du bien-être de ses employés. Tous ces aspects peuvent être et ont été traditionnellement cultivés par les pratiques de mindfulness.

Si certains de ces éléments résonnent avec la culture de votre société, n’hésitez pas à proposer à vos salariés ou collègues d’essayer de pratiquer la méditation tous ensemble. 

Article écrit par Petit Bambou.

 

Quand est votre prochain micro-break ?

Quand est votre prochain micro-break ?

Un micro-break, de 30 secondes à 2 minutes, permet à votre corps de relâcher les tensions accumulées et réduit les risques de douleurs liées au travail prolongé sur ordinateur. Cela aide à combattre la fatigue et a un effet positif sur la productivité, sur la résolution des problèmes et sur la créativité.
Voici donc une pratique de résilience que nous vous invitons à cultiver cette semaine :

Je me ressource durant ma journée de travail en prenant des micro-breaks réguliers.

Christmas Presence

Christmas Presence

Somehow throughout December I kept myself busy, dealing with the daily. Forgetting to look around and connect, forgetting to check my course.  I only half noticed the shops starting to fill with Christmas fare, the familiar sign of nativities, trees, and decorations beckoning… tiny lights flickering and glistening everywhere I turned.

I remember the crammed supermarket. I would smile, merrily humming along to the music dreaming of a white Christmas while filling my shopping trolley with only the regular shop, pushing straight past the baubles and puddings.

christmas-tree

Then suddenly one day, I was taken aback. Unexpectedly, right there in front of me, ’twas the night before Christmas. Surprised and unprepared, I felt disorientated and wondered where December had gone. Not a creature was stirring, not a stocking in sight. I jumped up and dashed and pranced into action. I rushed through the motions, preparing the house, buying Christmas food, and finishing the gift wrapping.

In no time, it was beginning to look a lot like Christmas. My clean and tidy house ready to welcome the guests who would never know about my last minute pop up Christmas.

But a part of me felt sad, and robbed, and something was missing. My heart longed for the season I had almost missed. Distracted by life, I had missed the usual turn off, forgotten to notice. No inner preparation, no festive evenings by the tree. No community browsing, smiling and nodding merrily at those who dare to wear Santa hats in public.

No silent nights at home, holy nights of gratitude, nor evenings in, when all is calm as the tree sparkles, and my heart celebrates and awaits.

Looking back, Christmas day was lovely. Candles, holly, crackers, bubbly, turkey and money pudding. Jokes and chit chat. After lunch conversation. The clean up. The hugs and the farewells.

Was that really a year ago? I remember sitting in my lounge, in the warm glow of another Christmas passed. As the dishwasher hummed, I remember gazing out of the window cradling my warm cup of tea, reflecting on another Christmas Day. Phew. I thought, only just made it this year. In a twinkling it was over. In a few days, I will pack down the tree, hiding it away, in it’s big box in the garage for another year.

pexels-photo-225224

In that moment I made a decision. To be certain to always linger over Christmas. To savour every Christmas moment and to live slowly.

Never again, I vowed, would I miss all that December has to offer. Never again would I rush past Christmas, failing to connect, or miss the big red stop sign, or ho hum at the commercialism… yes, tempting me to spend, but also, inviting my heart to prepare.

So this time last year, I made a diary entry for a year in advance. December 1st, 2016. It read “Tree decorated, shopping finished, linger this Christmas season”. And here we are. Another year lived. It’s almost December again, and Christmas is coming!

[clickToTweet tweet=”“Tree decorated, shopping finished, linger this Christmas season”” quote=”“Tree decorated, shopping finished, linger this Christmas season””].

I look around and smile. I greet the season.  This year I will be ready. I will prepare my home and my heart. I will not procrastinate as if December goes on forever. It doesn’t. Time waits for no one. I love this life cycle of seasons. Yes. This year I will slow down, remember Christmas, and connect.  And I will give myself, and others, the precious gift of presence.

santa-claus-christmas-beard-celebration-41963

Christmas Connection Workouts

Christmas Connection Workouts

The Point

Coming to the end of 2016, NOW is the time to work on connection. All too often we crash exhausted into Christmas holidays. Combined with unrealistic expectations we are irritable and prone to excess. Conflict erupts, anger and sadness leave us isolated and disconnected. An opportunity for rejuvenating connection and joy can be lost.

The Solution

We know that it takes time to adjust the body, emotions and brain. At this time of year many of us are at a low ebb. We are hanging on to the end. The holiday season is an event that requires training. We have concrete evidence for what we can do to get fit and celebrate meaningful connections. There is just enough time between now and 24 December to get fit.

Here is HOW

Make a PLAN

You have 30 days before the bell rings. Starting today, allocate a few minutes a day for deliberate practice. My suggestion is 15 minutes each day that you dedicate to building your connection muscles. These may be short bursts adding up to 15 minutes. Get them in your diary.

Define your PRACTICE

The smarter and more effective your practice the quicker your physiology, emotions and brain circuits will show sustained change. Each of us must find the right practice but we have good science to support five key practices to shape up and work on every day.

1. Be PRESENT

If you are caught up in the mental storm of pressure, worry and regret, you will only find suffering. The first practice is to exhale slowly, drop your mind into your body and fully sense, feel and observe the moment. Each time you do this your blood pressure and heart rate will drop, you will activate vagal tone (relaxation and connection), and allow your mind to be fully attentive. You have activated the right physiology for connection (1).

Practice Tip: take a minute to do this before every meeting over the next 30 days. When you are actually in a dialogue use the same practice.

2.  Be OPEN

Connection starts with your body. Research shows that an open body posture changes your hormone status within minutes. Your second practice is to remind yourself to sit upright, roll your shoulders back, and open your arms (palms visible). Your goal is to signal warmth (oxytocin) and strength (testosterone). During periods of connection, stay facing the person and maintain your presence (2).

Practice Tip: build a couple of oxytocin-pumping moments into each day. Give your pet a serious cuddle, hug your kids in the morning, get or give a massage, and when you can make time for touch in your partnership.

3.  FEEL emotions

Emotional empathy is the ability to feel the emotions of another in your own body. This is done by your mirror neurons (anterior insula). They are trainable. Once you are in the presence of another, work on really feeling how they are feeling. Watch body posture, note each change in facial expression and listen carefully to the tone of voice. See if you can map some of the same signals into your body. Notice carefully what you are feeling. This can be pretty intense (3). Work slowly. Breathe out some more.

Practice Tip: take care of yourself. To empathise emotionally takes calm, inner strength. You want to notice, engage but not be overwhelmed.

4.  SEE others

Cognitive empathy is being able to know how another is thinking. We can also call it perspective-taking. Prof Tania Singer has been able to show that this happens in a different part of the brain (temporoparietal junction). Other have named spindle cells (von Economo Neurons). In short it is worth trying to think the thoughts of others (4).

Practice Tip: take a moment to check with another if you have read their perspective or point of view accurately. Given them a moment to acknowledge your accuracy or help you correct your reading.

5.  Do GOOD

At the end of the day it will come down to action. This may be making a call to someone, saying thank you, sending a birthday note, or simply picking up some trash. Research clearly shows that taking positive action – even if a little random – helps us and creates a virtuous cycle of generosity and trust. Don’t wait for Christmas ‘prize-giving’.

Practice Tip: keep it authentic you will find yourself feeling so much better. It is a good addiction to develop. Be good by doing good! This is the purpose of the Christmas Season. Connect……

References:

  1. Porges, Stephen, The Polyvagal Theory, 2012
  2. Cuddy, Amy, Presence, 2015
  3. Ricard, Matthieu, Altruism, 2016
  4. De Waal, Frans, On Empathy, 2009 and Are we smart enough to know how smart animals are?, 2016.